Législation

Produire

Pour devenir trufficulteur, il est obligatoire de s’informer auprès des organismes et administrations compétente (Chambres d’Agriculture, centres des finances publiques) pour connaître ses droits et devoirs. Une législation est en vigueur sur la production de truffes en vergers.

Récolter

Attention, les champignons et truffes des forêt n’appartiennent pas à tout le monde ! Ils appartiennent au propriétaire du bois, de la forêt ou de la haie où ils se trouvent. Depuis le 1er janvier 2012, toute personne doit obligatoirement faire une demande préalable au propriétaire des terrains sur lesquels elle souhaite caver. Les propriétaires sont :

  • L’Office National des Forêts pour les forêts domaniales,
  • Les mairies pour les forêts communales,
  • Les particuliers dans d’autres cas.

Cette demande peut prendre la forme d’une convention de récolte.

Le caveur doit également se conformer aux arrêtés préfectoraux qui fixent les dates de récolte et les pratiques autorisées, sans oublier le respect des périodes de chasse.

Ces dispositions ont pour but de pallier les dégâts que le cavage frauduleux peut occasionner aux truffières naturelles.

Vendre

La commercialisation des truffes en France est régie par les lois générales sur les produits alimentaires et par un accord interprofessionnel signé par les représentants des professionnels de la filière truffe française.

L’accord interprofessionnel « truffes fraîche »

Cet accord a été initié par la Fédération Française des Trufficulteurs validé pour une durée de 3 ans et renouvelé depuis 1996. L’objectif est de garantir aux acheteurs de trouver sur les marchés des truffes de qualité. L’accord précisé les lois générales en matière de vente de produits alimentaires. Des dates de limite de vente ont été définies pour toute la France pour limiter les récoltes trop précoces.

La période de récolte autorisée pour la truffe mésentérique et la truffe de Bourgogne est du 15 septembre au 15 janvier. Pour la vente, une période de 10 jours supplémentaires après le dernier jour de récolte est tolérée.

Lors de la vente, les truffes doivent être présentés aux acheteurs triées pas catégorie, avec els défauts correspondants qui doivent être connus de l’acheteur. La dénomination et l’origine du produit doivent être systématiquement affichées de manière visible par l’acheteur.

Comment est utilisé le terme « truffe » sur les produits ?

Le décret n° 2012-129 du 30/01/2012 régit les marchés de la truffe, les truffes du Grand Est ne permettent pas de mentionner « truffé » sur le produit à la différence de la truffe du Périgord (Tuber melanosporum). Néanmoins, il est possible de noter « à la truffe ».

L’arrêté du 19/03/2015 établit la correspondance entre les noms usuels et scientifiques des truffes.